إصــدارات إلكترونيـةإصدارات

L’OPTOMETRIE L’ART DE LA REFRACTION

Tout opticien, doit parfaitement (et rapidement) savoir mener une réfraction subjective et objective

essilor-africa

La réfraction est définie par l’art de déterminer la puissance du verre de lunette idéal pour l’acuité et le confort visuels. La réfraction subjective est la 2° phase de la réfraction, après la réfraction objective. Le mot “art” souligne que cette activité, qui procède pourtant d’une démarche algorithmique, n’est pas une science tout-à-fait exacte.

L’œil humain en effet n’est pas une optique froide : derrière lui le cerveau voit, dont le fonctionnement parfois mystérieux explique un pourcentage faible mais incompressible d’échecs.

Notre but est de le réduire au minimum. D’abord, je ferai un simpliste rappel d’optique physiologique ; ensuite, je citerai les moyens de réfraction objective ; puis j’exposerai “une” méthode de réfraction subjective ; enfin, je donnerai pour les débutants quelques conseils pratiques, en optique.

Introduction

Bien que les techniques et le matériel puissent varier d’un praticien à l’autre tout examen optometrique suit la même trame

La consultation commence par une série de question visant à établir l’histoire du cas connaitre les antécédents oculaires et enfin isoler les plaintes ou besoins visuels

L’optométriste se lance alors dans des examens préliminaires en plaçant le patient dans des conditions habituelles afin de quantifier et qualifier sa vision telle quelle

La mesure de l’acuité visuelle soit la capacité à reconnaitre un objet (souvent des lettres) d’une certaine taille au loin et au prés œil par œil puis ensemble est certainement la plus importante et la première à effectuer un masquage est ensuite réalisé à ces deux distances afin de considérer le fonctionnement des yeux et éventuellement déceler un problème de vision binoculaire

L’optométriste teste également la réaction des pupilles à la lumière (dépistage neurologique) ainsi que l’habilité des yeux à poursuivre une lumière dans plusieurs directions (coordination neuromusculaire) et à converger (fixer une cible de plus en plus proche sans que la vision se dédouble).

L’état structurel de chacun des yeux est observé au biomicroscope, en cas d’anomalie le patient est assurément dirigé vers un ophtalmologiste.

Il est à présent temps de déterminer la réfraction soit la correction optique censée donner la meilleure acuité visuelle possible de loin, de façon objective (le praticien performe seul) et subjectif (le patient participe en répondant aux questions) à l’aide d’un réfracter ou lunette d’essaie. Cela permet de mettre en évidence chez le cas une myopie, une hypermétropie ou encore un astigmatisme.

L’optométriste explique enfin la façon dont fonctionne la vision et propose la meilleure solution optique adaptée au cas (lunettes et/ou lentilles de contact) ainsi que des conseils d’ergonomie visuelle.

La vision binoculaire est à nouveau évaluée avec la réfraction, de même que le bon fonctionnement et la flexibilité de l’accommodation afin de décider d’une correction optique optimale offrant une vision opérationnelle et confortable tant au loin qu’aux prés, la correction de prés étant possiblement différente même chez un sujet jeune.

multilens
اظهر المزيد

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

زر الذهاب إلى الأعلى
إغلاق
افتح الدردشة
بحاجة الى مساعدة ؟